Actualité

Arrêt du festival Du Foin aux Brumiers en 2016 !

Durant cinq belles années, les bénévoles de l’association culturelle des Brumiers se sont investis dans l’organisation du festival Du Foin aux Brumiers avec bonne humeur, passion, plaisir, curiosité, persévérance, mais aussi, ses derniers temps, avec beaucoup de difficultés. Nous sommes donc dans le regret d’annoncer la fin de cette belle aventure pour l’association qui restera pour de nombreux bénévoles une expérience enrichissante et constructive ouvrant vers de nouveaux projets. Avant de vous parler des nouvelles directions de l’association et de ses projets en perspective, nous aimerions revenir sur les raisons qui nous ont amenées à ne plus poursuivre le festival :  

Photosfest

Budget en baisse pour 2016 !

L’association avait déjà sonné l’alarme en 2015 face à la baisse importante du mécénat qui avait été alors réduit de 7400€ par rapport à 2014. Malgré tout, nous avions pu maintenir la qualité du festival grâce aux subventions qui avaient été maintenues, dont celle de la municipalité de Saint-Pathus. Toutefois, la ville faisant face à l’heure actuelle, tout comme chaque commune, à des réformes budgétaires, les élus nous ont informés de l’incertitude totale de maintenir cette subvention pour 2016*. Or, comme la mise en place d’un festival implique une organisation en amont et notamment de bloquer certains groupes, 6 mois à l’avance voire plus, il devenait compliqué de se projeter en 2016 avec un budget incertain, pouvant être diminué de moitié un à deux mois avant le festival (la subvention étant votée en avril).

*Durant la réunion des associations (30 janvier) il a été confirmé par la municipalité que le festival ne pourrait bénéficier de la subvention exceptionnelle de 6000 €, essentielle pour son organisation.

 

 

Manque de bénévoles

L’organisation du festival implique un investissement important de plusieurs bénévoles tout au long de l’année. Il faut rechercher une programmation, contractualiser avec les groupes, réfléchir à une communication, mettre en image la thématique et concrétiser cela par la réalisation de visuels. Mais il faut aussi préparer l’organisation de la restauration, de l’accueil, de la technique et de la sécurité lors de ce week-end festif. Soit, tout un travail qui demande du temps et de l’énergie. Chaque année, l’investissement de chaque bénévole peut donc être différent par faute de temps ou d’envie et entraîner petit à petit une baisse d’énergie et de motivation parmi l’équipe. Par ailleurs, le festival est aussi, avant tout, un projet qui a évolué en fonction des bénévoles qui ont traversé l’association. Ce projet est toujours orienté vers une direction commune à prendre et qui peut parfois créer des fossés entre les envies personnelles de chacun. Pour nous, l’organisation de ce festival visait notamment à rassembler des gens, des habitants, voisins, amis, familles autour d’un projet commun. Il devenait clair que si cet esprit convivial n’était pas maintenu ce projet perdait de son sens originel.

Un partenariat fragilisé avec la municipalité de Saint-Pathus

2015, n’a pas seulement marqué la baisse d’un budget mais aussi les premières formes de difficultés de communication avec la municipalité de Saint-Pathus. Et ceci pour plusieurs raisons. Déplacement de la date du festival  : Depuis 5 ans, le festival est organisé en mai et il a été défini depuis deux ans que celui-ci avait lieu le 3ème week-end du mois de mai. Ce choix qui avait été établi avec la municipalité pour permettre la mise à disposition de la ferme des Brumiers, lieu du festival, a été remis en question pour 2016. La municipalité nous a donc demandé d’organiser le festival 2016 en juin, pour bénéficier d’une météo plus clémente. Toutefois, cette décision n’a pas été prise en accord avec l’association puisqu’il nous a bien été spécifié que les salles de la Ferme n’étaient, de toute manière, plus disponibles en mai. Nous n’avions donc pas le choix, notre festival aurait lieu en juin  ! Proposition de récupération du festival : La municipalité a souhaité que le festival prenne une nouvelle orientation correspondant davantage à ses projets qu’à ceux de l’association. L’objectif était de fusionner la fête du village et la fête de la musique, organisée par la commune, avec le festival organisé par l’association. A travers cette proposition, l’événement devenait donc, de manière implicite, leur projet. Il nous a même été proposé que les agents de la commune gèrent la communication, la programmation et la technique, alors qu’il nous avait été assuré, en 2015, que ces derniers n’avaient plus le temps nécessaire pour aider l’association, en particulier au niveau de la communication (aide reçue depuis la première édition). Par vote en assemblée, ce projet a été refusé par les bénévoles qui ne souhaitaient pas être en charge que d’une paperasse administrative tout en perdant l’identité de leur projet. Si la commune souhaite mettre en place ce projet, elle peut tout à fait le réaliser mais pas avec le soutien de notre association et en notre nom.

 

En définitif...

Pour toutes ces raisons, la reconduction du festival a donc été grandement remise en question. Pour nous, le projet du festival a été mis en place pour Saint-Pathus et en partenariat avec la municipalité. Si les relations avec ce principal partenaire sont ébranlées, il n’y a plus de raisons honnêtes de travailler ensemble, alors que nous sommes en désaccord sur les directions à prendre pour le festival. Le projet de fusion d’événements proposé par la municipalité n’est pas dénoué de bon sens, dans le cas où il s’agit de répondre à un problème de restrictions budgétaires et de le résoudre avec des manifestations communales et non associatives. Cependant, si cela se fait, il ne sera plus question du projet d’origine que nous avions appelé festival Du Foin aux Brumiers, mais d’un nouveau projet auquel il conviendrait de construire sa propre identité, peut-être tout simplement, par simple respect pour notre association et de ses bénévoles. En clair, si des restrictions budgétaires doivent être réalisées, celles-ci doivent être annoncées et non dissimulées à travers le rassemblement et le maintien de plusieurs manifestations en une. On le sait très bien, c’est le budget culture et celui des associations qui seront au bout du compte impactés. Les décisions des politiques doivent être assumées pour révéler le vrai problème sans chercher à leurrer les habitants. Nous voulons avant tout rappeler aux spectateurs et à nos partenaires du festival que ce projet est à l’origine celui d’une association regroupant des bénévoles qui ont investis bien plus que de leur temps, pour voir un jour émerger un festival, et plus exactement un projet culturel ayant du sens, sur un territoire qui en était jusque-là dénué. Forte de cette expérience, l’association va continuer sa route et à semer de nouveaux projets culturels.